Chargement...
HÔTEL GROU, NANTES
Monuments et lieux commémoratifs

HÔTEL GROU, NANTES

Adresse
2 place de la Petite-Hollande, 44000 NANTES
Téléphone
08 92 46 40 44
Partager 

Hôtel Grou, NANTES

Le propriétaire de l’immeuble du 2 place de la Petite-Hollande était l’un des plus importants négriers, négociants et armateurs nantais du 18ème siècle : Guillaume Grou (1698-1774). Il fait construire, entre 1747 et 1752, l'hôtel Grou sur l'île Feydeau.

La fortune familiale dépasse alors un million de livres, permettant à Guillaume d'acheter, pour 60 000 livres, une charge anoblissante. Il est associé aux activités de son père, qu'il poursuit après la mort de celui-ci, avec son frère Jean-Baptiste. Au total, de 1714 à 1765 la famille Grou finance 114 expéditions, plus de la moitié pour la traite négrière.
En 1741, il épouse Anne O'Shiell, belle-sœur d'Antoine Walsh, un des fondateurs de la Société d'Angola, créée à Nantes en 1748 pour faire la traite des noirs sur la côte de l'Angola. Il entre donc dans le milieu des Irlandais de Nantes - communauté de réfugiés politiques jacobites fuyant les violences des révolutions anglaises du XVIIe siècle -, très actifs dans le grand commerce.
Il joue ensuite un rôle important dans la croissance de la société Grou & Michel, fondée en 1748, deuxième plus important opérateur de la traite négrière en France après la Société d'Angola.

Entre 1748 et 1751, la nouvelle société Grou & Michel, dotée de capitaux supplémentaires, représente 21 % des expéditions négrières au départ de Nantes. La guerre de Sept Ans donne cependant un coup de frein à son activité.
Il est élu consul des marchands en 1745, échevin en 1748 et juge-consul en 1755. Il fait construire, entre 1747 et 1752, l'hôtel Grou sur l'île Feydeau. Ce bâtiment est en deux parties, et est un immeuble de rapport, ainsi qu'un hôtel particulier.

A sa mort, sa fortune s'élève à près de 4,5 millions de livres. Son testament comporte d'importants legs « en faveur de l'humanité » :
* 200 000 livres à l'Hôtel-Dieu et au Sanitat, destinées à la création d'un orphelinat à Nantes, afin d'accueillir des enfants qui jusqu'alors sont placés à l'Hôtel-Dieu après avoir été en nourrice ;
* 30 000 livres à l'Hôtel-Dieu, en contrepartie d'une messe hebdomadaire perpétuelle ;
* 10 000 livres au Sanitat, en contrepartie d'une messe mensuelle perpétuelle.

Guillaume Grou

Les façades (y compris les ferronneries) et la toiture de l'hôtel Grou sont inscrites aux monuments historiques par arrêté du 10 juin 1932. La cage d'escalier intérieur est également inscrite par arrêté du 29 janvier 1986.

Façade ouest de l'Hôtel Grou, Nantes

Le haut de la façade ouest de l'hôtel particulier est orné de cinq mascarons. En architecture, un mascaron est un ornement représentant une tête sculptée, parfois effrayante, ornant les clefs de voûte, les linteaux ou les fontaines.

Un mascaron qui orne la façade ouest de l'Hôtel Grou, Nantes