Chargement...
Habitation La Mahaudière, Guadeloupe
Monuments et lieux commémoratifs

Habitation La Mahaudière, Guadeloupe

Adresse
Campêche, 97121 Anse-Bertrand
Téléphone
05 90 22 10 94
Partager 

Habitation La Mahaudière

Anse-Bertrand, Guadeloupe

 

La Mahaudière est une grande habitation sucrière du XVIIIème siècle, située à l’Anse-Bertrand en Guadeloupe.

Avant de devenir une importante sucrerie, la propriété d’Étienne Douillard Mahaudière disposait, vers 1770, d’une vaste cotonnerie et de cases d’esclaves. Le propriétaire agrandit ensuite l’habitation et commence à produire du sucre jusqu’à la Révolution.

En 1828, 147 esclaves travaillent sur l’habitation, qui s’étend sur 145 hectares.

À la fin du XIXème siècle, l’habitation se transforme en une distillerie qui fonctionnera jusqu’au début des années 1950, mettant fin à l’activité sucrière.

 
Habitation La Mahaudière © cg971.fr

Le site est aujourd’hui la propriété du Département de la Guadeloupe.

Les vestiges de l’habitation: son puits, son moulin à vent, la cheminée de la sucrerie, ses fours à charbon, une partie de la maison de maître et du village d’esclaves, sont conservés. Les restes du quartier d’esclaves sont encore visibles et datent de la dernière phase d'occupation. Après le rétablissement de l’esclavage en 1802, les cases d’esclaves ont été reconstruites en maçonnerie.

 
Habitation La Mahaudière, cheminée de la sucrerie © guadeloupe-tourisme.com



Le puits de l’Habitation La Mahaudière © cg971.fr


Habitation La Mahaudière, vestiges de la distillerie © guadeloupe-tourisme.com

Kenneth Kelly, professeur en anthropologie à l’université de Caroline du Sud, est l’un des premiers archéologues qui a entrepris, entre 2001 à 2010, des fouilles sur des habitations sucrières en Guadeloupe et en Martinique datant des XVIIIème et XIXème siècles.

Il a dirigé avec ses élèves une recherche archéologique sur cette habitation. Ces derniers ont trouvé sur le site de la vaisselle produite localement, des pots à mélasse et des tessons de terre cuite.

"Pendant 200 ans, la production de sucre crée et caractérise la richesse et le patrimoine des colonies des Antilles françaises. De cette économie bâtie sur le travail d’Africains asservis il reste des vestiges visibles sur les îles de Martinique et Guadeloupe et le grand nombre d’habitations sucrières affirme l’étendue et l’importance de la production sucrière. Sans les travailleurs asservis il aurait été impossible d’exploiter les habitations, et pourtant, la vie quotidienne de ces travailleurs est quasi entièrement absente de l’histoire écrite de cette période [...]"
Kenneth G. Kelly, « La vie quotidienne des habitations sucrières aux Antilles : l’archéologie à la découverte d’une histoire cachée », In Situ [En ligne], 20 | 2013, mis en ligne le 14 février 2013, consulté le 03 mars 2016. URL : http://insitu.revues.org/10160 ; DOI : 10.4000/insitu.10160


La Route de l’Esclave en Guadeloupe

En 2010, à l'occasion de la 27e édition des Journées du Patrimoine, « La Route de l’Esclave. Traces-mémoires en Guadeloupe » a été lancée par le conseil général de la Guadeloupe, en collaboration avec l’UNESCO.

Un circuit patrimonial et mémoriel est proposé, il comprend 18 lieux de mémoire retraçant l’histoire de l’esclavage en Guadeloupe. Ce parcours relie la Basse-Terre à la Grande-Terre en passant par Marie-Galante et Terre-de-Bas.

L’habitation La Mahaudière figure parmi ces lieux de mémoire.

Un livret répertorie les lieux de mémoire de la Guadeloupe, avec des notices informatives et une carte. Il est publié par le Conseil Général et distribué gratuitement en Guadeloupe, à tous les collèges et aux Offices de tourisme locaux.

 

Des visites peuvent être organisées sur le site toute l’année, sur réservation.