Chargement...
Journée de la Conscience Noire / ZUMBI DOS PALOMARÈS, héros de la résistance afro-brésilienne

Lieu

Mémorial Zumbi dos Palmares, Salvador da Bahia, Brésil
SALVADOR
Monuments et lieux commémoratifs
Événements culturels

Journée de la Conscience Noire / ZUMBI DOS PALOMARÈS, héros de la résistance afro-brésilienne

Dates
20 nov. 2016 > 20 nov. 2018
Adresse
Mémorial ZUMBI DOS PALOMARES - Mémorial Zumbi dos Palmares, Salvador da Bahia, Brésil - Praça Onze de Junho - 20210-030 Rio de Janeiro

ZUMBI DOS PALOMARÈS

(1655 / 20 novembre 1695)

20 novembre / Journée nationale de la Conscience Noire au Brésil


Icône de la résistance anti-esclavagiste et anti-colonialiste, Zumbi est un héros pour la communauté afro-brésilienne, le Brésil et l'Amérique latine en général. Le 20 novembre, anniversaire de sa mort, est considéré comme le jour de la conscience et de la résistance afro-brésilienne (Consciência Negra).
  • Le film Quilombo (1985) du réalisateur brésilien Carlos Diegues dépeint la résistance de Palomares.
  • Gilberto Gil a enregistré un album intitulé Z300 Anos de Zumbi.

Zumbi (né libre vers 1655-1695) fut l'un des chefs de guerre les plus importants du royaume autonome de Palomarès, fondé vers 1655, par des esclaves insurgés dans le nord-est du Brésil.

Vers 1662, alors qu'il est encore enfant, Zumbi est capturé par des soldats portugais aux frontières du territoire autonome. Il est livré au Père Antonio Melo. Celui-ci le baptise et lui donne un nom chrétien : Francisco. Il passe alors des années à servir la messe et à apprendre le portugais et le latin. C'est aux alentours de 1670, à peine âgé de quinze ans, qu'il s'enfuit vers Palomares.

En 1678, Pedro de Almeida, gouverneur de la région du Pernambouc, propose aux insurgés de se rendre en échange du pardon. IIs pourront reprendre leurs travaux d'esclaves sans punition ni exécution. L'un des chefs de guerre, Ganga Zumba, se soumet. Zumbi, qui ne tolère pas cette reddition, prend la tête de la résistance dès 1680.

Le royaume indépendant de Palomarès dont Zumbi prend la tête parvint, pendant près d'un siècle, à tenir en échec les expéditions militaires hollandaises et portugaises, constituant ainsi la révolte d'esclaves la plus longue de l'histoire. Palomarès fut, durant la plus grande partie du XVIIème siècle, le plus organisé et le plus durable des territoires autonomes d'esclaves marron (quilombo en portugais), du Brésil.

Sculpture du Mémorial Zumbi dos Palomarès © DR
Le Quilombo de Palomarès est fondé par un groupe de marrons échappés des domaines du Nordeste qui ont établi un village indépendant, devint par la suite plus qu’un village, mais un ensemble de cités fortifiées, structurées politiquement et socialement. Cet endroit difficile d’accès est nommé Palomarès, situé dans la Serra da Barriga de l’actuel État d’Alagoas, alors capitainerie de l’État de Pernambouc. Le quilombo accueillait noirs en fuite, indiens et blancs marginaux. Les quilombolas commerçaient avec les villages blancs alentours, achetant outils, poudre, armes… Au milieu du 17e siècle, le quilombo de Palomarès comptait plusieurs villages parmi lesquels :
- Macaco – Dans la Serra da Barriga, 8000 habitants
- Amaro – au Nord-Ouest de Serinhaém, 5000 habitants
- Sucupira – à 80 km. de Macaco
- Zumbi – au Nord-Ouest de Porto Calvo
- Osenga – à 20 Km. de Macaco.

À cette époque, la population totale de Palomarès, aurait atteint 20 000 habitants, soit 15 % de la population brésilienne. Dans le Quilombo, la préservation d’une identité africaine constituait avec les coutumes, le ciment communautaire qui incitait au marronage d’autres esclaves des sucreries et plantations environnantes.
Avec le soutien des insurgés, Zumbi résiste vaillamment durant une quinzaine d'années. En 1694, les Portugais mènent un assaut destructeur sur Palomarès. Zumbi, gravement blessé, est contraint de prendre la fuite dans la jungle. Il meurt au combat quelques mois plus tard, le 20 novembre 1695, dans la Serra Dois Irmãos.

Il se montre alors, encore plus déterminé à poursuivre la résistance pour défendre son “peuple” et ses terres. Il refuse toute soumission aux Portugais. En 1694, les Portugais envoient en renforts des troupes de mercenaires (noirs, mulâtres, blanc, indiens…) conduits par le bandeirante Domingos Jorge Velho contre le quilombo. Un  fidèles lieutenant dse Zumbi, Antonio Soares, le trahit et conduit les Portugais à la cachette de Zumbi qui est capturé. Macaco, la ville de Zumbi sera détruite par Bernardo Vieira. Les Noirs sont tués ou réduits en esclavage et Zumbi emprisoné. Le 20 novembre 1695, Zumbi est éxécuté par André Furtado, alors qu’il tente de fuir.

Au Brésil, des rues, des établissements, etc, portent son nom. Dans les rondes de Capoeira, nombreux sont les chants louant le chef de guerre, ses exploits et le symbole intemporel qu’ils incarne.

Guerrier marron du Quilombo à l'époque de Ganga Zumba, D.R. (Musée national du Danemark)
Pour en savoir plus sur Zumbi, cliquer sur: