Chargement...
Monument à la mémoire du général Dumas,Paris
Monuments et lieux commémoratifs

Monument à la mémoire du général Dumas,Paris

Adresse
Place du général Catroux, 75017 Paris
Téléphone
01 49 52 42 63
Partager 

Monument à la mémoire du général Dumas

Place du général Catroux, à Paris

Ces Fers ont été réalisés par le sculpteur toulousain Driss Sans-Arcidet alias Musée Khômbol, à l’initiative de l’association des Amis du général Dumas. La sculpture représente deux fers d'esclaves de 5 mètres de haut, dont les chaînes se sont rompues, pesant 2,6 tonnes chacun. Elle se trouve sur la Place du Général Catroux, et a été inaugurée le 4 avril 2009 en hommage au Général Alexandre Dumas.
 
Cette sculpture remplace la statue du général Dumas de 1913, détruite sous l’occupation allemande par les collaborateurs en 1943. Elle avait été créée par Alphonse de Perrin de Moncel, après une campagne soutenue par l'écrivain Anatole France, qui déclare : « Le plus grand des Dumas, c'est le fils de la négresse. Il a risqué soixante fois sa vie pour la France et est mort pauvre. Une pareille existence est un chef-d'œuvre auprès duquel rien n'est à comparer ». 

Statue du général Dumas de 1913, Place du Général Catroux, Paris

Ce monument formait un triangle avec les monuments érigés en mémoire d’Alexandre Dumas, fils du général, réalisé par Gustave Doré et inauguré le 4 novembre 1883, et celle de son petit-fils, Alexandre Dumas fils, du sculpteur René de Saint-Marceaux, érigée en 1906.

Statue d'Alexandre Dumas père, de Gustave Doré, Place du Général Catroux, Paris


Statue d'Alexandre Dumas fils, par René de Saint-Marceaux, Place du Génréral Catroux, Paris


Le général Dumas
Thomas-Alexandre Davy de la Pailleterie est né esclave à Jérémie, Saint-Domingue (aujourd'hui Haiti), le 25 mars 1762, d'une mère esclave d'origine africaine, Marie-Cessette Dumas, et d'un colon, le marquis Alexandre Antoine Davy de la Pailleterie.

Portrait équestre du général Dumas, d'Olivier Pichat © Musée Alexandre Dumas

Le 26 février 1806, à 24 ans, il s'engage comme cavalier sous le pseudonyme d'Alexandre Dumas, héroïque commandant des armées révolutionnaires. Il sera rapidement promu général, le premier d'origine afro-antillaise.
Commandant en chef de l'armée des Pyrénées, des Alpes de l'Ouest, fondateur des Chasseurs alpins, héros de l'armée d'Italie, connu pour son courage et sa valeur exceptionnelle, mais aussi sa sensibilité, son respect des prisonniers et des populations civiles.

Portrait du général Dumas © Frederick Douglass National Historic Site

Capturé à son retour de l'expédition d'Égypte, en disgrâce auprès de Bonaparte, il revient en France en 1802, au moment du rétablissement de l'esclavage par le même Bonaparte, et n'obtient le bénéfice d'aucun des honneurs qui lui sont dus. Il meurt libre à Villers-Cotterêts (Aisne) le 28 février 1806.

Son fils reprendra le même pseudonyme d'Alexandre Dumas et s'inspirera des aventures du Général pour écrire Les Trois Mousquetaires. Son petit-fils, également surnommé Alexandre Dumas écrira la Dame aux Camélias.
 

Le 10 mai 2009, l’association des Amis du général Dumas a pris l’initiative d’organiser tous les 10 mai, en collaboration avec la ville de Paris et la mairie du 17e arrondissement, une cérémonie commémorant la journée nationale de l’esclavage.


Tous les ans depuis 2009, le gouverneur militaire de Paris a accordé un détachement comprenant une musique militaire chargée de rendre les honneurs au général Dumas et – à travers lui – aux esclaves et à leurs descendants.