Chargement...
Cimetière des Âmes perdues / La Tombe du Père Lafosse, La Réunion
Monuments et lieux commémoratifs

Cimetière des Âmes perdues / La Tombe du Père Lafosse, La Réunion

Adresse
Plaine du Gol, 97414 Saint-Louis
Partager 

LE CIMETIÈRE DES ÂMES PERDUES

ou CIMETÈRE DU PÈRE LAFOSSE

Saint-Louis, Île de La Réunion


Le petit Cimetière du Père Lafosse, également appelé "Cimetière des Âmes perdues", a été construit durant l'épidémie de variole de 1729. Y furent ensevelis des habitants du quartier ainsi que de nombreux esclaves, dont il ne reste aucune trace: les croix alignées les unes auprès des autres sont des croix votives, déposées pour réaliser des voeux. Son mur d’enceinte est orné d’une fresque monumentale retraçant la dure vie des esclaves.

Unique en son genre, premier vestige d’un passé douloureux, le cimetière regroupe en ses terres les reliques des premiers esclaves de Bourbon à côté de celles des premières familles de Saint-Louis. Ici des enfants, des femmes et des hommes arrachés de leurs terres pour servir d'esclaves dans les champs de canne à sucre de la fin du 17ème siècle ont été jetés en fosse.

Le Père Lafosse est entré dans l'histoire de Saint-Louis et de l'île de la Réunion, grâce à la dévotion populaire, il laisse même aujourd'hui une réputation de sainteté, qui vaut à sa sépulture une vénération qui défie les ans.
 
Les réunionnais, le 20 décembre, pour la commémoration locale de la date anniversaire de l'esclavage, se rendent au Cimetière des Âmes perdues, pour rendre hommage aux esclaves qui y sont ensevelis et à leur défenseur. Une façon de perpétuer le souvenir de cet homme qui avait voulu la liberté pour tous les hommes. 



La tombe du père Lafosse (1745/ 1820)
Ce prêtre lazariste devint maire de St-Louis en 1790: un ardent militant abolitionniste et un défenseur des droits humains des esclaves. À ce titre, il est considéré comme un agitateur et un ennemi du système colonial: il est condamné au bannisement à l'issue du soulèvement du 26 mai 1798; le père Lafosse et d'autres chefs de révolte sont alors condamnés à la déportation en Inde. Le 8 juin, ils sont embarqués sur "La Lorette". En décembre, on signale le retour dans le Sud de la plupart des condamnés, à l'exception du père Lafosse, qui restera en exil jusqu'en 1802. Il meurt en 1820, et, sans preuve, la mémoire collective prétendra qu'il a été assassiné.

Sa tombe constitue un véritable lieu de pèlerinage, les Réunionnais viennent s'y recueillir, prier ou allumer un cierge notamment à l'occasion du 20 décembre, jour de la commémoration locale de l'abolition de l'esclavage en 1848.

En 2004, le cimetière a été rénové et en 2009, une stèle y a été installée par Paul Vergès, en l'honneur des esclaves morts et enterrés dans l'indifférence. Elle rappelle que le "Code Noir" les réduisaient à l'état de meuble et  effaçait toute trace de leur présence. Cette stèle vise aussi à entretenir la mémoire sur un pan tragique de l'histoire de l'île et du monde. Le candidat à l'élection présidentielle François Hollande l'a visité en avril 2012.