Chargement...
C'est à ce Prix que vous mangez du sucre ! Exposition

Lieu

Quais de la Loire, à Nantes
NANTES
Sites et espaces naturels
Événements culturels

C'est à ce Prix que vous mangez du sucre ! Exposition

Dates
21 oct. 2016 > 30 janv. 2018
Adresse
Musée de la marine de Loire - Quais de la Loire, à Nantes - 1, place Aristide Briand - 45110 Châteauneuf-sur-Loire
Téléphone
02 38 46 84 46

EXPOSITION

C’est à ce prix que vous mangez du sucre !
la Loire et la traite négrière

 

Du 21 octobre 2016 au 30 janvier 2017

Musée de la Marine de Loire

 

Cette exposition est l’occasion de s’intéresser à l’intense trafic d’hommes et de marchandises qui s’instaura de part et d’autre de l’Atlantique aux XVIIIème et XIXème siècles, avec la Loire, comme voie de navigation majeure et Nantes comme principal débouché atlantique. De Nantes, partaient les marchandises utiles aux colons des Antilles: nourriture, produits de consommation courante, matériaux de construction, fers et charbons... mais aussi les marchandises de traite : textiles, eaux-de-vie, armes à feu… nécessaires à l’achat ou au troc d’esclaves. Nantes est au XVIIIème siècle le premier port négrier de France. Déportés d’Afrique, les esclaves travaillent, toujours plus nombreux, dans les plantations antillaises. Ils y produisent du café, du cacao, du coton, de l’indigo (teinture bleue) mais surtout de la canne à sucre. Ces denrées exotiques sont destinés à la métropole, où aboutissent les énormes richesses tirées ce commerce dit « triangulaire » et ses retombées économiques si fructueuses.

À la notion de commerce triangulaire, François Beaudouin, père de l’archéologie nautique fluviale, préfére d’ailleurs celle de « commerce pentagonal », incluant les trajets sur la Loire. Débarquées à Nantes, une partie de ces marchandises remontent en effet le fleuve. Le sucre de canne est acheminé jusqu’à Orléans. Les raffineries orléanaises produisent alors les 2/3 du sucre raffiné du royaume, destiné pour l’essentiel à la clientèle parisienne. Sur ce commerce considérablement lucratif se bâtit une part majeure de la richesse du pays, qui profite à bien d'autres villes et provinces ligériennes.

Déployée dans une salle de 200 m2, l’exposition invite le visiteur à suivre une expédition de traite à travers ses différentes étapes : les préparatifs de l’expédition, la campagne de traite sur les côtes africaines, la déportation à destination des îles à sucre antillaises, puis le retour des navires vers les entrepôts et le commerce hexagonal. Enfin, le parcours, ponctué de jeux intégrés, d’animations multimédia, de récits et de témoignages, s’achève en évoquant l’abolition de l’esclavage dans les colonies et la persistance de cet héritage.

Volontairement provocateur, le titre de l'exposition «C'est à ce prix que vous mangez du sucre ! La Loire et la traite négrière» est tiré du Candide de Voltaire. Dans ce célèbre conte philosophique publié en 1759, Voltaire dénonce avec véhémence la condition des esclaves et le trafic d'êtres humains qui sévit entre l'Europe, les Amériques et l'Afrique. Il place la phrase accusatrice dans la bouche d'un esclave noir du Surinam, amputé de la main droite et de la jambe gauche, que le héros rencontre pendant sa quête initiatique. Alors que Candide demande à l'esclave pourquoi il est dans un si misérable état, ce dernier lui répond : « Quand nous travaillons aux sucreries, et que la meule nous attrape le doigt, on nous coupe la main ; quand nous voulons nous enfuir, on nous coupe la jambe : je me suis trouvé dans les deux cas. C’est à ce prix que vous mangez du sucre en Europe. » (Candide, Voltaire, Chapitre XIX, 1759).